L’approche de la vinification a-t-elle changé aussi ?

 

Alexandre

« Comme à la vigne, l’idée est de faire les choses le plus naturellement possible. Évidemment, toutes les fermentations démarrent en levures indigènes exclusivement, nous travaillons certaines cuvées en vendange entière. Nous utilisons des doses minimales de souffre mais souhaitons tout de même nous assurer que nos clients, aux quatre coins du monde, goûteront les mêmes vins que ceux que nous avons mis en bouteilles. »

Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ?

 

Alexandre Brault

« Ces dernières années, nous avons constitué, autour de notre chef de culture Michael, une équipe expérimentée, Elle pratique l’agriculture biologique et biodynamique depuis de nombreuses années. L’idée directrice est d’avoir des vignes les plus saines et les plus vivantes possibles. Cela passe notamment par un travail des sols de plus en plus précis. La logique des traitements est plus préventive que curative. »

C’est une année charnière pour le domaine ?

 

Alex Gambal

« C’est un retour aux sources puisque nous reprenons l’exploitation d’une vigne en appellation Savigny-les-Beaune au lieu-dit Les Grands Picotins. Mais c’est aussi notre première année de conversion en culture biologique et biodynamique. »

La vitesse supérieure de la qualité est enclenchée avec le démarrage de la culture biologique et biodynamique.

— millésime 2011  —

Acquisition de vignes en Bâtard-Montrachet

à Beaune depuis 1997

FR

ENG

––––––––––––

De millésimes en appellations…

199720052008201120142015

 

Les vinsOù trouver nos vins

Contact

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Mentions légales • Crédits

— millésime 2011  —

Acquisition de vignes en Bâtard-Montrachet

 La vitesse supérieure de la qualité est enclenchée avec le démarrage de la culture biologique et biodynamique.

C’est une année charnière pour le domaine ?

 

Alex Gambal

« C’est un retour aux sources puisque nous reprenons l’exploitation d’une vigne en appellation Savigny-les-Beaune au lieu-dit Les Grands Picotins. Mais c’est aussi notre première année de conversion en culture biologique et biodynamique. »

L’approche de la vinification a-t-elle changé aussi ?

 

Alexandre

« Comme à la vigne, l’idée est de faire les choses le plus naturellement possible. Évidemment, toutes les fermentations démarrent en levures indigènes exclusivement, nous travaillons certaines cuvées en vendange entière. Nous utilisons des doses minimales de souffre mais souhaitons tout de même nous assurer que nos clients, aux quatre coins du monde, goûteront les mêmes vins que ceux que nous avons mis en bouteilles. »

Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ?

 

Alexandre Brault

« Ces dernières années, nous avons constitué, autour de notre chef de culture Michael, une équipe expérimentée, Elle pratique l’agriculture biologique et biodynamique depuis de nombreuses années. L’idée directrice est d’avoir des vignes les plus saines et les plus vivantes possibles. Cela passe notamment par un travail des sols de plus en plus précis. La logique des traitements est plus préventive que curative. »

— millésime 2011  —

Acquisition de vignes en Bâtard-Montrachet